Ils sont fous ces Romains !

Le Carnaval que nous connaissons est le fruit d’une longue histoire et puise ses racines jusque dans l’antiquité. À l’origine, nous retrouvons des fêtes romaines : les saturnales. Elles se déroulaient à la période du solstice d’hiver (du 17 au 24 décembre) et symbolisaient principalement la fin de l’année et le passage dans une nouvelle année. Au cours de ces fêtes l’ordre classique des choses était inversé. Les esclaves pouvaient notamment jouer le rôle de leurs maîtres, en parlant comme eux, en agissant comme eux, en s’habillant comme eux…

 

La fête avant le Carême

Avec l’arrivée du Christianisme, la fête évolue. Elle vient se placer dans le calendrier entre l’Épiphanie et le Carême. Traditionnellement, les quarante jours de Carême sont une période de pénitence où les fêtes sont interdites et où les gens doivent s’abstenir de manger des aliments gras, sucrés et à base de viande. Ainsi la fête devient la dernière occasion de festoyer avant le début du Carême et prend le nom de Carnaval, dérivé du latin carnelevare qui signifie “enlever la viande” et donc : commencer le Carême. Le Mardi Gras, veille de Carême constitue l’apogée de cette célébration.

 

Le Carnaval aujourd’hui

Riche de sa longue histoire, le Carnaval d’aujourd’hui est une fête populaire qui peut se célébrer en fonction des villes et des régions entre janvier et mars. Elle a hérité des saturnales romaines le principe d’inversion des rôles. On se déguise en ce que l’on n’est pas le reste de l’année, en ce que l’on aimerait être ou en ce dont on se moque. D’enfant en super-héro ou en animal, d’homme en femme, de riche en pauvre et inversement… Le Carnaval reste aussi une période où l’on se régale d’aliments gras et sucrés tels que les crêpes et les beignets.

 

Carnaval est surtout une occasion de se retrouver pour partager un bon moment de fête. Retrouvez toutes nos sorties carnaval en cliquant ici.

Partagez